La danse à Bali

Écrit par Lucie Larose

Informations sur la contribution

Bali est un endroit de prédilection  pour la danse. L’île offre une grande diversité de styles et de musiques traditionnelles.  En effet, c’est une des principales attractions touristiques. Il faut assister à au moins un spectacle… Ou plus, c’est encore mieux! Mes  préférés ont été sans contredit ceux du temple Ulu Watu, dans le sud, pour sa musique surprenante, belle et  originale (le « kecak ») en plus du site: le sommet d’une falaise au bord de la mer, au coucher de soleil et celui du palais d’Ubud pour la musique, les costumes, les magnifiques danseurs, le tout dans un cadre de rêve!

 

Mais commençons plutôt par définir certains termes qui vous aideront à comprendre les types et caractéristiques de la musique balinaise. *** Pour ceux qui veulent aller directement au but ou sont moins intéressés à l’aspect culturel des danses, poursuivez plus bas, à partir de « prêts pour le spectacle?« .

Indonésie, Bali, danse, culture, spectacle

 

Le gamelan:  Ensemble instrumental traditionnel caractéristique de l’île indonésienne de Java. Terme   également utilisé pour  désigner l’orchestre balinais. « Le gamelan est composé essentiellement de percussions: gongs, métallophones de différents types (…), xylophones (…), tambours de divers types (…), auxquels peuvent s’ajouter des instruments à cordes(…), et à vent comme la flûte suling et le chant — féminin et masculin ». (Source: Wikipédia (1)).

 

 

 

Le Ramayana indien:

Le Ramayana  (en sanskrit: « le parcours de Rama » ) est une épopée mythologique de langue sanskrite composée il y a des centaines d’années (au plus tard au IIIe siècle). C’est un très long poème: sept livres et de 24 000 couplets. Le Ramayana est un des écrits fondamentaux de l’hindouisme et de la mythologie hindoue. Ce ne sont pas des livres exclusivement religieux, donc.

Le Ramayana raconte la naissance et l’éducation du prince Rama (un représentant du dieu Vishnou), la conquête de Sita et son union avec elle. L’œuvre raconte également l’exil de Rama, l’enlèvement de Sita, sa délivrance et le retour de Rama sur le trône.

Les spectacles que vous verrez seront souvent un résumé (ou un extrait) du Ramayana. Ceux que j’ai vus exprimaient la partie lors de laquelle la princesse « Sita est enlevée par le démon Ravana et emprisonnée(…) Après une longue et pénible recherche, Rama la délivre avec l’aide d’Hanouman, général de l’armée des singes. Ravana est tué par Rama qui récupère ensuite son trône et gouverne son royaume avec une grande sagesse »(Wikipédia).  Comme dans nos contes de fée, non?

Les types de danses:

Indonésie, Bali, danse, culture, spectacleLe kecak: À l’origine, le kecak (prononcez « kétchak ») était composé de voix masculines imitant les percussions des gamelans (« cak »). Maintenant, il s’agit plutôt de chœurs de voix d’hommes qui accompagnent la chorégraphie du Ramayana.  (photo) Le kecak est « (…) exécuté par un chœur d’hommes assis en cercles concentriques qui entrent en transe en psalmodiant le « chak-a-chak-a-chak imitation d’une bande de singes. Parfois appelé « gamelan vocal », c’est la seule musique qui accompagne la représentation dansée du Ramayana.  »  (Source: Lonely Planet Bali et Lombok (2)).

 


 

Indonésie, Bali, danse, culture, spectacleLe legong: danse gracieuse caractérisée par le jeu délicat des mains, avec des gestes et expressions faciales très précis, exécutés dans des postures rigides typiques. Le legong est traditionnellement dansé par de jeunes filles d’âge prépubère ayant commencé l’apprentissage de la danse dès leur tendre enfance. Elles sont accompagnées par les rythmes du gamelan.

 

 

 

 

Danse du feu :Lorsque le danseur entre en transe il devient capable de danser sur des charbons ardents sans ressentir de la douleur.

Danses Saghyang (transe) – Danses traditionnelles interprétées comme un exorcisme pour chasser les mauvais esprits, pour promouvoir la paix et la santé d’un village. « Sanghyang est un esprit divin qui habite temporairement un danseur en transe. Le sanghyang dedari est dansé par deux jeunes filles qui exécutent un legong parfaitement symétrique, les yeux fermés comme dans un rêve. Des chœurs masculins les accompagnent jusqu’à ce qu’elles s’effondrent sur le sol. (…) » (Source: Lonely Planet Bali et Lombok)

Dans le sanghyang jaran, un jeune garçon en transe danse autour d’un feu d’écorces de noix de coco. Il chevauche un cheval symbolique fait d’une grosse branche et de feuilles de palmier séchées.  Il tourne autour du feu puis traverse ce feu fragile, qui s’éparpille par tisons brûlants.   La danse du feu kecak (ou « danse du feu et de la transe » pour les touristes) est  une variante  du sanghyang jaran. (Source: Lonely Planet et Wikipédia).

Baris: Danse du guerrier, un « équivalant masculin du legong. Énergie et esprit belliqueux remplacent la grâce et la féminité. »

Topeng: « les danseurs imitent le personnage représenté par le masque. (…) le danseur ne peut exprimer les pensées et les sentiments que par ses mouvements, sans le recours des expressions faciales.  » (Source: Lonely Planet Bali et Lombok)

Personnes et personnages:

Indonésie, Bali, danse, culture, spectacleLe Barong (littéralement « géant ») est une créature mythologique balinaise ressemblant à un lion. Il est le Banaspati
rajah (seigneur de la forêt), chef des forces du bien et ennemi de Rangda, la reine démon, chef d’une armée de sorcières. La bataille entre Barong et Rangda représente la lutte éternelle du bien et du mal et est figurée par la danse du Barong (aussi appelée « le barong « ) (1).

Rangda: la veuve-sorcière. Elle représente le mal. »Reine de la magie noire, ce monstrueux personnage peut avoir des flammes mortelles qui lui sortent des oreilles, une langue ruisselante, des cheveux en crinière sauvage et d’immenses seins qui pendouillent.  » (2)

Pemangku: prêtre chargé des rituels. (2)

Prêts pour le spectacle?

Indonésie, Bali, danse, culture, spectacle

 

Indonésie, Bali, danse, culture, spectacle

 

Ubud, au Palais Puri Saren (legong, barong , gamelan et Ramayana):

 

Au coeur de la ville, un spectacle nocturne qui est un ravissement pour les yeux et les oreilles, en plus d’être plus accessible pour le novice. La représentation prend place dans un lieu enchanteur.  Excellents, les musiciens sont flamboyants  dans leurs habits rouges. Les danseurs sont habillés de costumes éclatants et magnifiques. Soyez attentifs à leurs expressions figées, qui expriment émotions et paroles. La mise-en-scène est très vivante, avec les danseurs et musiciens à deux pas des spectateurs. Le spectacle peut être différent selon le soir. Coût: 80 000 rp.

 

 

 

 

Conseils pratiques: vérifier l’heure du spectacle et arrivez d’avance, vous aurez de meilleures places. Mais si vous n’avez pas le choix d’arriver juste à l’heure, essayez quand même! Nous nous sommes décidés tardivement et avons pu avoir des billets. Notre champ de vision était quand même assez bon. Notez qu’il y a de bons restaurants à proximité.

 

 

Au temple Ulu Watu, sud de Bali (kecak et danse du feu):

Indonésie, Bali, danse, culture, spectacleCe lieu touristique est situé dans un cadre magnifique: le sommet d’une falaise au bord de la mer. Comme je le disais en début d’article, le temple est dans le sud. Au coucher du soleil, vous y verrez du kecak avec un choeur d’hommes et des danseurs faisant revivre une partie du Ramayana.  Attention, vous pourriez trouver la musique un peu cacophonique par moment! Mais cela n’enlèvera rien à la magie du site et du spectacle.

Pour ce qui est de la danse du feu, elle ne m’a pas impressionnée, mais je dois dire que je la distinguais mal de ma place, assise sur le sol.   Coût : 70 000 rp

Conseils pratiques: arrivez tôt pour avoir une bonne place sur les gradins. Sinon, vous risquez d’être assis sur le sol et manquerez certains aspects visuels du spectacle. De plus, lors de la montée à pied vers l’amphithéâtre en plein-air, faites gaffe aux singes! Certaines personnes utilisent un bâton pour les repousser, en-cas de besoin… J’ai lu qu’on nous recommandait d’enlever nos lunettes et de tenir nos sacs collés sur nous. J’ajouterais d’être prudent avec vos appareils-photo. L’idée est de ne pas donner l’occasion aux macaques de vous voler tout objet trop facilement accessible. Prenez quand même le temps de regarder les singes! Ils sont beaux. On les voit se promener le long des murs de pierre.

 

Batubulan, nord-est de Denpasar (danse du Barong et gamelan, danse du « kriss », kecak):

La danse du Barong qui y est jouée,  espèce de comédie musicale à la Balinaise, est un spectacle prisé par les touristes (la photo précédente du barong en provient). Le prince doit affronter son ennemie la sorcière. Lutte du bien contre le mal. Après diverses transformations, le prince personnifie le Barong.  L’histoire rappelle que partout le bien coexiste avec le mal.

 Indonésie, Bali, danse, culture, spectacle

Le spectacle de Batubulan est plus « léger » que les autres auxquels j’ai assisté. Il peut sembler parfois un peu enfantin. Il s’apparente à un spectacle de théâtre et comédie sur un mode musical. Il combine aussi la danse du kriss (poignard malais à lame ondulée). En soirée, il y a des spectacles de kecak.   Coût: plus cher qu’ailleurs : 100 000 rp.

Avertissement : selon des commentaires de touristes sur Tripadvisor, beaucoup de chauffeurs de taxi amènent les gens à ce spectacle. Ils en obtiennent une commission. Beaucoup de gens n’ont pas aimé ces danses. J’avoue qu’on s’est dit que c’était notre dernier après l’avoir vu et que nous étions nous-même assez déçus… Par contre, il nous a montré un aspect différent de ces danses.

Communauté de Taman Kaja (kecak, danse du feu sur les braises):

Ce lieu est bien coté par Tripadvisor mais je n’y suis pas allée. Ce sont des habitants du village qui performent les danses.

Conseils: apporter chasse-moustique et lampe de poche si vous prévoyez être à la noirceur.

Adresse: Jl. Sriwedari | Taman Kaja Community, Ubud, Bali 80571 (au sud du palais d’Ubud). Coût: 50 000 rp  http://www.kecakdance.com/

Garuda Wisnu Kencana (KWK) Statue Culture Park (legong  et  Gamelan; kecak en soirée):

Indonésie, Bali, danse, culture, spectacle

Sur le site de ce grand parc situé dans le sud de Bali, vous pouvez voir des spectacles gratuits de legong et gamelan. En soirée, le kecak est à l’honneur. Le  site de danse est simple et beau. Mais je crois que la visite de ce parc ne doit pas avoir pour unique but la danse mais plutôt le parc en  lui-même, avec les parties de ce qui sera la ou l’une des plus grandes statues de Krishna dans le monde. Krishna sera fait de  cuivre et de bronze et sera à cheval  sur Garuda (oiseau mystique de la religion hindoue) une fois terminé. Le parc offre surtout de magnifiques points de vue de la partie sud de Bali.

Entrée du parc:  (80 000 rp/ touriste adulte ; 30 000 rp/ enfant (en 2013), plus  5000 rp pour le stationnement ?). http://gwk-culturalpark.com/

Vous trouverez d’autres recommandations de troupes de danses selon leur spécialité dans l’excellent livre de Lonely Planet.

 

 

 

Danse legong et cinéma:

En faisant mes recherches sur internet, je  suis tombée sur une perle: « Legong (dance of the virgins),  un film muet d’Henri de la Falaise, filmé en 1933 et qui a été retouché depuis, pour lui donner de la couleur et afin de le montrer en entier (certains pays avaient censurés des parties du film ou des images…).   Il raconte l’histoire d’une jeune fille tombée amoureuse d’un musicien de gamelan venu jouer dans l’orchestre de son village. Mais celui-ci lui préférera sa  jeune sœur… Le tout se passe au son du gamelan et les dialogues sont inscrits en anglais. Un vrai chef-d’œuvre, pour ceux qui veulent voir Bali telle qu’elle était au début du siècle précédent et mieux comprendre sa culture. Vous trouverez facilement le film de 49 min sur youtube.     (http://www.youtube.com/watch?v=bfBrrEpa1fQ)

 

École de danse et gamelan:

J’ai trouvé sur internet, par hasard, une école de danse et gamelan, si ça vous intéresse: le conservatoire Mekar Bhuana. Ils organisent des ateliers pour des étudiants étrangers.

Leur site web: http://www.balimusicanddance.com/

Leur adresse est à Denpasar (région ou ville): Jl. Gandapura III, no. 501X, Banjar Kesiman Kertalangu, Denpasar 80237, Bali – Indonesia.      Email: [email protected]

 

Citations et références:

1) Wikipédia

2) Livre Lonely Planet « Bali et Lombok » (une excellente source d’information sur la danse balinaise)

3) Livre « Bali », éd. Gallimard

4) Site web de l’école de l’école de danse et gamelan balinaise: Mekar Bhuana                                       ( http://www.balimusicanddance.com/ )

5) Site web de tourisme indonésien: http://www.indonesia-tourism.com/

6) Youtube (film “Legong”)

 

Copyright Lucie Larose 2014.

2 Commentaire

  1. PATRICK DUVEAU dit :

    excellent reportage mais le mieux est encore de flaner dans les villages et d avoir un spectacle directement des villageois et GRATUIT donc plus authentique m ca se trouve m je vous en parle par experience.
    BALI est mon ile preferee

    • Lucie Larose dit :

      Merci Patrick. Peux-tu nous en dire plus sur ces danses dans les villages? Je n’ai rien vu de pareil, à part peut-être les enfants qui se promenaient à Ubud ou ailleurs, faisant un genre de « tintamarre » avec des instruments de musique et étant accompagnés d’un barong animé par des amis à eux. C’est sûr que ce qui est authentique, spontané et imprévu a beaucoup de valeur. Reste que, selon moi, un spectacle professionnel de qualité est aussi quelque chose de très précieux. J’attends ta réponse? Et oui, Bali et ses habitants ont aussi une place bien spéciale dans mon cœur…

Laisser un commentaire