Informations pratiques sur Bali en Indonésie

Par Lucie Larose

Informations sur la contribution

Pour commencer, sachez que Bali se distingue du reste de l’Indonésie principalement par sa religion hindoue alors que l’Indonésie est majoritairement musulmane. Cela ajoute une couleur particulière aux gens de l’île et au « paysage » balinais. 

 

Avant de partir pour Bali, renseignez-vous bien sur la météo à laquelle vous attendre. Évitez le pic de la saison des pluies. Par contre, la fin de cette saison en mars et avril peut être très acceptable et vous permettre de payer moins cher votre voyage. 

 

Indonésie, Bali, marche, pluie, randonnéeLa haute saison est principalement en juillet et août lorsque la saison est plus sèche, mais aussi lorsque certaines zones de l’île sont envahies par les Australiens en vacances. On nous a cependant dit que les touristes restent alors surtout là où il y a des plages de surf. 

 

Bali est en constante évolution depuis que les touristes du monde entier ont cessé de la bouder, quelque temps après des attentats terroristes. Le calme, de ce côté, semble revenu. 

De Bali. On connaît bien les paysages paradisiaques, les plages et la mer, les gens souriants et accueillants. Mais on connaît moins la pauvreté, généralisée. Attendez-vous à voir plus de demeures très humbles, parfois de la malpropreté, à vous faire accoster pour vous vendre un produit ou un service. Restez polis et souriants.  Pour la  plupart des gens, c’est leur principal moyen de subsistance. Et même si vous n’achetez pas, cela peut vous mener à un échange amical. 

 

Réserver ou non les hôtels et auberges? Premièrement, vérifiez dans quelle saison touristique vous vous trouvez. Haute? À votre place, je réserverais, surtout si vous allez dans des endroits populaires. La même chose pourrait s’appliquer pour des endroits moins touristiques, mais avec peu de structures. En dehors de la saison haute, allez-y selon votre goût. Certains aiment arriver dans une ville et chercher eux-mêmes leur endroit. Ils disent que cela leur permet de négocier le prix de la chambre, de  décider sur place et que cela  leur donne une plus grande flexibilité de dates. Ma méthode: me faire un itinéraire incluant tous les endroits que je veux visiter ainsi que la durée du séjour dont j’évalue avoir besoin pour visiter les endroits désirés ou me reposer suffisamment. De préférence, je choisis des sites qui ont une certaine flexibilité dans leur politique d’annulation. De cette manière, je peux reporter mon arrivée au besoin. Mais je vous avertis: ma méthode demande plus de préparation avant le voyage. Par contre, elle nous permet de nous concentrer sur autre chose pendant le voyage. J’ai souvent préféré faire affaire avec l’hôtel lui-même plutôt qu’une agence sur internet. Le prix est généralement sensiblement le même et je me dis que les profits vont aller plus directement à l’entreprise locale. 

 

Le coût de la vie est assez bas pour un Nord-Américain, un Européen ou un Australien, entre autres. Il faut savoir qu’il risque d’augmenter avec le tourisme et de varier selon la saison. De plus, le coût de l’hébergement peut varier énormément selon la région et, surtout, selon le type d’hébergement que vous choisissez. L’hébergement « local » est bien sûr le plus souvent très abordable. 

Indonésie, Bali. nourriture, bière,La nourriture est bonne et moins chère que chez nous. Je ne connais personne qui a été malade à Bali, mais c’est sûr qu’il faut toujours appliquer les conseils de base des cliniques de voyageurs si vous voulez éviter toute intoxication. Pour les amateurs de fruits, sachez que les jus de fruits tropicaux ne sont pas chers, toujours frais et délicieux. Profitez-en! Une des spécialités, en saison, est le jus d’avocat riche, délicieux et onctueux… à essayer! 

 

Guides et chauffeurs de taxi: les premiers coûtent plus cher, mais ont généralement plus de connaissances sur les lieux visités et peuvent parler votre langue si le mettez comme condition de recherche. Les deuxièmes ne coûtent presque rien pour l’excellent service qu’ils vous donnent parfois. Enfin, c’est notre expérience. Notre guide francophone nous coûtait environ $65-80/ par jour  (camionnette climatisée et essence comprise) et notre chauffeur parlant suffisamment l’anglais nous a demandé $25/ jour.  Notre guide nous a aussi joué un petit tour: il a chargé un ancien chauffeur parlant mal le français de le remplacer… pour le même prix! En plus de s’être économisé la  nuit d’hôtel qu’il devait passer près de nous pour poursuivre avec les visites du lendemain… Le prix abordable des excursions nous a rendus moins critiques, mais le geste un peu malhonnête, lui, nous a déçus. Mais cela fait partie des voyages en pays inconnu, n’est-ce pas? 

D’autres choisissent de visiter en bus, en auto louée ou en scooter. Il faut savoir que les routes peuvent être assez compliquées à Bali et la sécurité en scooter plutôt limite. Mais, là-dessus, je vous laisse faire vos propres recherches, car j’ai moins de connaissances sur ces sujets. Nous avons aussi remarqué qu’il y a beaucoup de trafic dans le sud de Bali, dans les environs de Denpasar, Sanur et de la côte de Kuta. 

 

Si vous voulez visiter d’autres îles indonésiennes, choisissez de préférence la compagnie aérienne Garuda. C’est la seule qui n’est plus sur une liste noire. Pour plus de précautions, vous pouvez aussi faire une petite recherche sur internet pour voir où en sont rendues les diverses compagnies.  Les prix des vols nous ont paru très abordables et nous ont permis de passer quelques jours à Yogyakarta facilement, pour y visiter les incontournables que sont les temples de Borobudur et Prambanan et avoir un avant-goût de ce que serait une visite plus approfondie de l’île de Java. 

2 Commentaire

  1. Marie dit :

    Très beau reportage !!!

Laisser un commentaire